Archives mensuelles : avril 2017

Religieux d’Ille-et-Vilaine morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

DANIEL (Eugène), de l’Ordre des clercs réguliers pour les malades.
Né à Maure-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) le 19 mars 1899.
Mort le 11 avril 1917 des suites des misères et privations endurées pendant la guerre et sous l’occupation allemande.

GIUDICELLI (Paul-Hyacinthe-Marie-Marc-Louis), des Oblats de Marie-Immaculée.
Né à Rennes (Ille-et-Vilaine) le 27 octobre 1888.
Tué le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne).

1703_HUCHE Jean-Marie-Joseph
HUCHE (Jean-Marie-Joseph)

HUCHE (Jean-Marie-Joseph), du diocèse de Rennes.
Né à Châteaugiron (Ille-et-Vilaine) le 29 novembre 1897.
Tué le 18 avril 1917 à Vendresse-Beaulne (Aisne) lors de l’attaque du ravin de Chivy sur le Chemin des Dames.

Continuer la lecture de Religieux d’Ille-et-Vilaine morts en avril 1917 

Religieux de Loire Atlantique morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

DRUAIS (Pierre-Henri-Théodore), Frère Allain (sécularisé), des Frères de l’instruction chrétienne.
Né à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) le 2 octobre 1896.
Tué le 7 avril 1917 à Laffaux (Aisne).

DENION (Jean-Marie-Louis), du diocèse de Nantes.
Né à Petit-Mars (Loire-Inférieure) le 12 janvier 1892.
Tué le 17 avril 1917 à Thuisy (Marne) au cours d’un assaut.

1703_JOLY Etienne-Armand-Joseph
JOLY (Etienne-Armand-Joseph)

JOLY (Etienne-Armand-Joseph), des Oblats de Marie-Immaculée.
Né à Saint-Mars-du-Désert (Loire-Inférieure) le 15 février 1894.
Tué le 28 avril 1917 à Moronvilliers (Marne) au Mont-Blond, en tête de sa section, lors de l’attaque du 28 avril 1917.

LANDRON (Raphaël), du diocèse de Nantes.
Né à Ancenis (Loire-Inférieure) le 3 janvier 1885.
Tué le 29 avril 1917 devant La Neuville (Marne).

Continuer la lecture de Religieux de Loire Atlantique morts en avril 1917 

Religieux du Morbihan morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

BESNARD (Vincent-Mathurin-Marie), des Missionnaires de Notre-Dame de La Salette.
Né à Callac en Plumelec (Morbihan) le 15 décembre 1896.
Tué le 11 avril 1917 à Craonne (Aisne), au bois de Beaumarais.

BOUCHET (Joseph-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Carentoir (Morbihan) le 1er avril 1897.
Tué le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne).

TESSEROT (Léon-Léopold-Marie), de la Congrégation de Jésus et Marie.
Né à Pénestin (Morbihan) le 21 octobre 1895.
Tué le 16 avril 1917 à Laffaux (Aisne).

THEBAUD (Pierre-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Moustoir-Ac (Morbihan) le 12 janvier 1873.
Mort le 17 avril 1917 à Moustoir-Ac (Morbihan) des suites de maladie aggravée en service.

GUILLEVIC (Victor-Louis-Marie), de la Compagnie de Marie.
Né à Belz (Morbihan) le 20 juillet 1897.
Tué le 18 avril 1917 à Prosnes (Marne), au Mont Cornillet.

PIQUET (Isidore-Jean-Marie), de la Compagnie de Marie.
Né à Josselin (Morbihan) le 10 octobre 1897.
Tué le 19 avril 1917 à Sect-Sapigneul (Marne).

1703_GAUTHIER Félix-Eugène-Marie
GAUTHIER (Félix-Eugène-Marie)

GAUTHIER (Félix-Eugène-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Saint-Samson (Morbihan) le 5 octobre 1896
Mort le 26 avril 1917 à Verneuil-Courtonne (Moussy-Verneuil) (Aisne), à l’ambulance 2/82, secteur postal 207, des suites de blessures de guerre.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en avril 1917 

Religieux des Côtes du Nord morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

LORANT (François-Julien-Marie), du diocèse de Saint-Brieuc.
Né à Hillion (Côtes-du-Nord) le 28 février 1876.
Mort le 9 avril 1917 à Creil (Oise), à l’hôpital d’évacuation n° 16, des suites de blessures accidentelles (chute du haut d’un wagon qu’il déchargeait) reçues en service commandé.

ARZUR (Félix-Pierre-Marie), du diocèse de Saint-Brieuc.
Né à Quemper-Guézennec (Côtes-du-Nord) le 28 février 1894.
Tué le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne).

SORGNIARD (Marie-Ange-Célestin- François-Joseph), du diocèse de Saint-Brieuc.
Né à Saint-Potan (Côtes-du-Nord) le 13 juin 1896.
Tué le 16 avril 1917 à Troyon (Aisne) par une explosion de grenades.

ROUXEL (Louis-Marie-Jean), du diocèse de Saint-Brieuc.
Né à Hénanbihen (Côtes-du-Nord) le 28 avril 1896.
Tué le 18 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne) en entraînant ses hommes à l’assaut.

Continuer la lecture de Religieux des Côtes du Nord morts en avril 1917 

Religieux du Finistère morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE
1703_LAGATHU Gustave-Ronan-Marie
LAGATHU (Gustave-Ronan-Marie)

LAGATHU (Gustave-Ronan-Marie), des Missions Etrangères de Paris.
Né à Guilers, Brest (Finistère) le 15 mars 1885.
Tué le 16 avril 1917 à Paissy (Aisne) pendant qu’il pansait un blessé.

ROLLAND (Hervé), Frère Néopole (sécularisé), des Frères de l’instruction chrétienne.
Né à Pleyben (Finistère) le 13 janvier 1881.
Mort le 26 avril 1917 à Oeuilly-sur-Aisne (Aisne), à l’ambulance 16/20, des suites de blessures de guerre.

DAGORN (Jean-Simon), du diocèse de Quimper.
Né à Goulien (Finistère) le 18 avril 1897.
Tué le 29 avril 1917 à Vailly (Aisne), à la fosse Margerit, d’une balle au cou.

SALAUN (Paul-Guillaume), du diocèse de Quimper.
Né à Bohars (Finistère) le 14 juillet 1896.
Tué le 30 avril 1917 à Nauroy (Marne) en remplissant volontairement, à la place d’un autre agent de liaison, une mission périlleuse.

Continuer la lecture de Religieux du Finistère morts en avril 1917 

Le chantier du camp d’entrainement de Meucon, près de Vannes, en 1917-18

En avril 1917, les États-Unis décident d’entrer en guerre contre l’Allemagne mais ils ne possèdent qu’une armée très réduite, la conscription n’étant pas pratiquée. Ils doivent donc très rapidement rassembler des millions d’hommes et les armer. La France propose de participer à l’armement et l’entraînement d’une partie de cette nouvelle armée et c’est ainsi que le Camp de Meucon est choisi, avec ceux de Coëtquidan, de Valdahon dans le Doubs et de Souge près de Bordeaux pour la formation et l’équipement des artilleurs américains. Le recteur Gouron de Grand-Champ dans son bulletin paroissial, Kloh Bras Gregam, rédigé en breton, exprime son opinion sur les différents groupes d’étrangers venus participer au chantier du camp, dans un style franc et enlevé.

Ce texte, de Monsieur Jean Leray – qui a été professeur d’histoire et géographie au collège-lycée de Sainte-Anne-d’Auray – a été publié dans la revue diocésaine Chrétiens en Morbihan les 4 et 18 décembre 2014. Les traductions du breton ont été réalisées par Loeis Le Bras.

150121_Grandchamp
Procession de la paroisse de Grandchamp en 1912

Le choix de Meucon

Le choix de Meucon s’explique par l’existence d’un champ de tir, la proximité des ports de Saint-Nazaire et de Brest, la desserte satisfaisante du site par les axes routiers et le chemin de fer de la Compagnie du Morbihan. Cependant pour accueillir les alliés d’Outre Atlantique des aménagements sont nécessaires : élargissement du champ de tir existant, création d’un second champ de tir pour les mortiers, mise en place d’une station de ballon et d’un aérodrome et surtout d’un nouveau camp susceptible de recevoir 16 000 « gunners ». Tous ces travaux exigent une très nombreuse main-d’œuvre que ne peut pas fournir la région car les hommes de 19 à 49 ans sont majoritairement sous les drapeaux aussi il est fait appel à des travailleurs étrangers.

Le recteur Gouron de Grand-Champ s’étonne du niveau d’équipement exigé par les Américains pour le Nouveau Camp de Locqueltas : « Il est vrai que les Américains étonnent, 50 millions de francs sont nécessaires pour faire mettre le camp en état de les recevoir… A l’intérieur du camp, ils demandent toutes les sortes de commodités, d’avoir sous la main, eau, lumière et tout ce que l’on voit dans les grandes villes ».

Il se sert d’une belle référence biblique pour qualifier l’étonnante diversité des travailleurs utilisés fin 1917 – début 1918 : « On travaille beaucoup dans le camp de Meucon, du moins, les ouvriers qui devraient travailler ne manquent pas. Ils se comptent par centaines et même par milliers sur tout le parcours du camp, c’est-à-dire depuis le Morboulo jusqu’au Burgo. Il y a des Français, des Boches (3000), des Chinois (1000), des Suisses, des Portugais, aussi, c’est une Tour de Babel qu’on y construit ».

Continuer la lecture de Le chantier du camp d’entrainement de Meucon, près de Vannes, en 1917-18