Archives pour la catégorie Morbihan

Religieux du Morbihan morts en octobre 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

LE MAIRE (Alexandre-Léon), Frère Abel, des Frères de l’instruction chrétienne du Saint-Esprit.
Né à Pénestin (Morbihan) le 12 août 1893.
Mort le 14 octobre 1917 à Vaux-Varennes (Marne), à l’ambulance chirurgicale 1/155, des suites de blessures de guerre.

GALLIOT (Jules-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Malestroit (Morbihan) le 13 janvier 1896.
Mort le 28 octobre 1917 à Villers-Marmery (Marne), à l’ambulance 8/4, des suites de blessures de guerre.

SIMON (Eugène-Marie-Joseph), du diocèse de Vannes.
Né à Loyat (Morbihan) le 14 décembre 1882.
Tué le 29 octobre 1917 au Fort de la Malmaison (Aisne).

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en octobre 1917 

Religieux du Morbihan morts en septembre 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

QUINTIN (Julien), des Cisterciens réformés (Trappistes).
Né à Brech (Morbihan) le 21 janvier 1887.
Mort le 25 septembre 1917 à Bréhan-Loudéac (Morbihan), à l’abbaye de Thymadeuc, des suites de maladie contractée en service.

JEGAT (Frédéric-Pierre-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Arradon (Morbihan) le 14 septembre 1895.
Tué le 26 septembre 1917 à Beaumont (Meuse) au bois des Caures.

TASSE (Pierre-Marie), de l’Ordre de Saint Benoît.
Né à Questembert (Morbihan) le 2 mars 1888.
Tué le 28 septembre 1917 au secteur des Chambrettes (Meuse) au Bois des Caures.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en septembre 1917 

Religieux du Morbihan morts en août 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

LEDOUX (Louis-Eugène),du diocèse de Vannes.
Né à Le Palais (Morbihan) le 20 octobre 1897.
Tué le 1er août 1917 à Bertrimoutier (Vosges) à la côte 607 au sud de Wissembach.

DABO (Louis-Mathurin), de la Congrégation de Jésus et Marie.
Né à Tréal (Morbihan) le 24 mars 1892.
Mort le 4 août 1917 à Hoogstade en Alveringem (Belgique), à l’ambulance 2/10 secteur postal 177 de Linde, des suites de blessures de guerre (amputation du pied gauche).

MANE (Emile-Julien-Yvon), de la Compagnie de Marie.
Né à Lorient, Merville, (Morbihan) le 8 octobre 1890.
Tué le 20 août 1917 à Verdun (Meuse), à la cote 304 près d’Esnes.

TANGUY (Jean-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Quistinic (Morbihan) le 9 décembre 1891.
Mort le 23 août 1917 à Gloreux-sur-Meuse (Meuse), à l’ambulance 1/4, des suites de blessures de guerre.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en août 1917 

Religieux du Morbihan morts en juin 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

LE GARREC (Hyacinthe), du diocèse de La Rochelle.
Né à Pluneret (Morbihan) le 23 avril 1873.
Mort le 25 juin 1917 à Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan), à l’hôpital n° 44, de maladie grave contractée au service des contagieux.

BEAUVALLET (François-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Vannes (Morbihan) le 27 mai 1888 ; ordonné prêtre le 23 mars 1912.
Mort le 28 juin 1917 à Notre-Dame du Pont, Lanester (Morbihan) des suites de maladie contractée en service.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en juin 1917 

Religieux du Morbihan morts en mai 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

CORLAY (Joseph-Marie-Louis), R.P. Gratien, de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie.
Né à Carnac (Morbihan) le 1er décembre 1887.
Tué le 4 mai 1917 à Berméricourt (Marne).

MILLOCH (Joseph-Marie-Ignace), du diocèse de Vannes.
Né à Groix (Morbihan) le 10 septembre 1888.
Tué le 4 mai 1917 à Prosnes (Marne), au Mont Cornillet.

NANTIN (Jean-Louis-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Callac en Plumelec (Morbihan) le 3 octobre 1896.
Tué le 4 mai 1917 à Prosnes (Marne), au Mont Blond.

SONNIC (Henri-Louis-Marie), Frère Antholien-Henri, des Frères de l’instruction chrétienne.
Né à Plouharnel (Morbihan) le 9 octobre 1881.
Tué le 5 mai 1917 à Craonne (Aisne), au Chemin des Dames.

GUILLON (Henri-Armand-Colomban-Marie), de la Compagnie de Jésus.
Né à Locminé (Morbihan) le 25 février 1891.
Mort le 14 mai 1917 à Igny-l’Abbaye (Marne), à l’ambulance 11/3, de maladie contractée en service.

MAHEO (Joseph-Marie), Frère Godefroy, des Franciscains.
Né à Neulliac (Morbihan) le 27 juin 1892.
Tué le 27 mai 1917 à Moronvilliers (Marne), près du Mont Cornillet, enseveli par un obus dans un poste d’écoute.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en mai 1917 

Religieux du Morbihan morts en avril 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

BESNARD (Vincent-Mathurin-Marie), des Missionnaires de Notre-Dame de La Salette.
Né à Callac en Plumelec (Morbihan) le 15 décembre 1896.
Tué le 11 avril 1917 à Craonne (Aisne), au bois de Beaumarais.

BOUCHET (Joseph-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Carentoir (Morbihan) le 1er avril 1897.
Tué le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne).

TESSEROT (Léon-Léopold-Marie), de la Congrégation de Jésus et Marie.
Né à Pénestin (Morbihan) le 21 octobre 1895.
Tué le 16 avril 1917 à Laffaux (Aisne).

THEBAUD (Pierre-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Moustoir-Ac (Morbihan) le 12 janvier 1873.
Mort le 17 avril 1917 à Moustoir-Ac (Morbihan) des suites de maladie aggravée en service.

GUILLEVIC (Victor-Louis-Marie), de la Compagnie de Marie.
Né à Belz (Morbihan) le 20 juillet 1897.
Tué le 18 avril 1917 à Prosnes (Marne), au Mont Cornillet.

PIQUET (Isidore-Jean-Marie), de la Compagnie de Marie.
Né à Josselin (Morbihan) le 10 octobre 1897.
Tué le 19 avril 1917 à Sect-Sapigneul (Marne).

1703_GAUTHIER Félix-Eugène-Marie
GAUTHIER (Félix-Eugène-Marie)

GAUTHIER (Félix-Eugène-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Saint-Samson (Morbihan) le 5 octobre 1896
Mort le 26 avril 1917 à Verneuil-Courtonne (Moussy-Verneuil) (Aisne), à l’ambulance 2/82, secteur postal 207, des suites de blessures de guerre.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en avril 1917 

Le chantier du camp d’entrainement de Meucon, près de Vannes, en 1917-18

En avril 1917, les États-Unis décident d’entrer en guerre contre l’Allemagne mais ils ne possèdent qu’une armée très réduite, la conscription n’étant pas pratiquée. Ils doivent donc très rapidement rassembler des millions d’hommes et les armer. La France propose de participer à l’armement et l’entraînement d’une partie de cette nouvelle armée et c’est ainsi que le Camp de Meucon est choisi, avec ceux de Coëtquidan, de Valdahon dans le Doubs et de Souge près de Bordeaux pour la formation et l’équipement des artilleurs américains. Le recteur Gouron de Grand-Champ dans son bulletin paroissial, Kloh Bras Gregam, rédigé en breton, exprime son opinion sur les différents groupes d’étrangers venus participer au chantier du camp, dans un style franc et enlevé.

Ce texte, de Monsieur Jean Leray – qui a été professeur d’histoire et géographie au collège-lycée de Sainte-Anne-d’Auray – a été publié dans la revue diocésaine Chrétiens en Morbihan les 4 et 18 décembre 2014. Les traductions du breton ont été réalisées par Loeis Le Bras.

150121_Grandchamp
Procession de la paroisse de Grandchamp en 1912

Le choix de Meucon

Le choix de Meucon s’explique par l’existence d’un champ de tir, la proximité des ports de Saint-Nazaire et de Brest, la desserte satisfaisante du site par les axes routiers et le chemin de fer de la Compagnie du Morbihan. Cependant pour accueillir les alliés d’Outre Atlantique des aménagements sont nécessaires : élargissement du champ de tir existant, création d’un second champ de tir pour les mortiers, mise en place d’une station de ballon et d’un aérodrome et surtout d’un nouveau camp susceptible de recevoir 16 000 « gunners ». Tous ces travaux exigent une très nombreuse main-d’œuvre que ne peut pas fournir la région car les hommes de 19 à 49 ans sont majoritairement sous les drapeaux aussi il est fait appel à des travailleurs étrangers.

Le recteur Gouron de Grand-Champ s’étonne du niveau d’équipement exigé par les Américains pour le Nouveau Camp de Locqueltas : « Il est vrai que les Américains étonnent, 50 millions de francs sont nécessaires pour faire mettre le camp en état de les recevoir… A l’intérieur du camp, ils demandent toutes les sortes de commodités, d’avoir sous la main, eau, lumière et tout ce que l’on voit dans les grandes villes ».

Il se sert d’une belle référence biblique pour qualifier l’étonnante diversité des travailleurs utilisés fin 1917 – début 1918 : « On travaille beaucoup dans le camp de Meucon, du moins, les ouvriers qui devraient travailler ne manquent pas. Ils se comptent par centaines et même par milliers sur tout le parcours du camp, c’est-à-dire depuis le Morboulo jusqu’au Burgo. Il y a des Français, des Boches (3000), des Chinois (1000), des Suisses, des Portugais, aussi, c’est une Tour de Babel qu’on y construit ».

Continuer la lecture de Le chantier du camp d’entrainement de Meucon, près de Vannes, en 1917-18 

Religieux du Morbihan morts en décembre 1916

LISTE SIMPLIFIÉE

LE MAUFF (Félix-Jean-Marie), du diocèse de Vannes.
Né à Lauzach (Morbihan) le 28 mai 1896.
Mort le 8 décembre 1916 à Saint-Dizier (Haute-Marne), à l’hôpital, de maladie (fièvre typhoïde) contractée en service.

PERROTIN (Joseph), de la Compagnie de Jésus.
Né à Crédin (Morbihan) le 16 décembre 1891.
Tué le 27 décembre 1916 au Mort-Homme (Meuse), à la côte 304 ; inhumé à Esnes.

Continuer la lecture de Religieux du Morbihan morts en décembre 1916