Religieux de Loire Atlantique morts en septembre 1917

LISTE SIMPLIFIÉE

LECLESVE (Aristide-Jean), du diocèse de Nantes.
Né à Le Pellerin (Loire-Inférieure) le 30 novembre 1873.
Mort le 20 septembre 1917 à l’ambulance 10/10 de Salonique (Grèce), hôpital de Verwa, de maladie infectieuse contractée en service.

MACE (François-Marie), Frère Roger, des Capucins.
Né à Héric (Loire-Inférieure) le 18 janvier 1879.
Tué le 21 septembre 1917 à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) au ravin des Vignes.

BRENELIERE (Joseph-Albert), du diocèse de Nantes.
Né à Machecoul (Loire-Inférieure) le 20 juin 1894.
Mort le 27 septembre 1917 à Crombeke (Belgique) à l’ambulance 3/1 38137 des suites d’intoxication par gaz.


 

NOTICES COMPLÈTES

LECLESVE (Aristide-Jean), du diocèse de Nantes.
Né à Le Pellerin (Loire-Inférieure) le 30 novembre 1873 ; ordonné prêtre en 1898 ; professeur au petit séminaire Notre-Dame des Couëts de Nantes.
Récupéré (service auxiliaire) XIe section infirmiers militaires hôpital Saint-Stanislas, Nantes (18 janvier 1915) ; XVe section infirmiers militaires Armée d’Orient (1917).
Mort le 20 septembre 1917 à l’ambulance 10/10 de Salonique (Grèce), hôpital de Verwa, de maladie infectieuse contractée en service.

-  La Semaine religieuse du diocèse de Nantes, n° 41, 13 octobre 1917, p.963-964 ; n° 45, 10 novembre 1917, p.1060-1066; n° 2, 12 janvier 1918, p.30
- Le Petit Messager des Missions, n° 4, novembre 1917, p.127
- Ordo... dioecesis Nannetensis, Nantes, imp. C. Mellinet, 1918
- Paul Escard, Guerre de 1914-1918. Livre d’or des maîtres de l’enseignement libre catholique, Paris, Société générale d’éducation et d’enseignement, 1922, p.338
- Emile Gabory, Un département breton pendant la guerre (1914-1918). Les enfants du pays nantais et le XIe corps d’armée, Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1923, p.1596 (Le Pellerin)
- La preuve du sang, Paris, Bonne presse, 1925, T.II, p.86
- Inscrit sur le monument aux morts communal de Le Pellerin (44), sur le monument commémoratif du collège Saint-Joseph d’Ancenis (44)

 

MACE (François-Marie), Frère Roger, des Capucins.
Né à Héric (Loire-Inférieure) le 18 janvier 1879 ; missionnaire.
Mobilisé (service auxiliaire) (août 1915) ; infirmier à Vannes ; Lorient ; caporal-infirmier (1916) ; rend ses galons pour être envoyé au front ; sur sa demande, infirmier 111e régiment artillerie lourde.
Blessé par un obus le 21 septembre 1917, au ravin des Vignes près de Verdun (Meuse), en assistant un sous-officier mourant sous un violent bombardement.
Tué le 21 septembre 1917 à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) au ravin des Vignes.
1°)-Ordre régiment, 1917 : « Infirmier dévoué. Le 13 août 1917 est sorti courageusement avec son brancardier pour aller secourir les camarades blessés ; a contribué à les transporter au poste le plus voisin, malgré le tir d’obus toxiques, sans autre souci que celui de faire son devoir. »
2°)-Médaille militaire posthume, 11 mai (J.O. 9 octobre 1920) : « Infirmier-brancardier d’un courage et d’un dévouement au-dessus de tout éloge. Tué le 21 septembre 1917 en allant spontanément, sous le bombardement, relever un sous-officier d’artillerie étranger au corps. Blessé aux environs du poste de secours. A été cité. »

- Annales franciscaines, T. 38, 1917, p.352 ; T. 39, 1918, p.177-180 ; 207-211 ; 237-241
- Emile Gabory, Un département breton pendant la guerre (1914-1918). Les enfants du pays nantais et le XIe corps d’armée, Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1923, p.1275 (Nantes)
- La preuve du sang, Paris, Bonne Presse, 1925, T.II, p.208
- Inscrit sur le monument paroissial d’Héric (44)

 

BRENELIERE (Joseph-Albert), du diocèse de Nantes.
Né à Machecoul (Loire-Inférieure) le 20 juin 1894 ; séminariste.
Mobilisé (service armé) 118e R.I. (15 décembre 1914) ; 402e R.I. (15 janvier 1916) ; 165e R.I. (24 mars 1916) ; brancardier.
Intoxiqué le 25 septembre 1917.
Mort le 27 septembre 1917 à Crombeke (Belgique) à l’ambulance 3/1 38137 des suites d’intoxication par gaz.
1°)-Ordre 165e R.I., 22 décembre 1916 : « Sous un violent bombardement d’artillerie lourde, n’a cessé de se prodiguer auprès des blessés. A réussi à dégager trois de ses camarades ensevelis. »
2°)-Ordre division, 1917 : « Brancardier dévoué et courageux ; gravement atteint d’intoxication par gaz le 25 septembre 1917, a fait preuve d’endurance et d’une grande énergie en continuant, sans rien dire, son service de brancardier dans les unités en ligne. Evacué et mort le 27 septembre 1917 à l’ambulance des suites de son intoxication.
3°)-Médaille militaire posthume, 3 avril (J.O. 12 août 1920) : « Bon et brave soldat. Belle attitude au feu ; a été intoxiqué à son poste de combat. Mort pour la France le 27 septembre 1917. Citations antérieures. Croix de guerre avec étoile d’argent. »

-  La Semaine religieuse du diocèse de Nantes, n° 41, 13 octobre 1917, p.964; n° 2, 12 janvier 1918, p.30
- Le Petit Messager des Missions, n° 4, novembre 1917, p.127
- Ordo... dioecesis Nannetensis, Nantes, imp. C. Mellinet, 1918
- Emile Gabory, Un département breton pendant la guerre (1914-1918). Les enfants du pays nantais et le XIe corps d’armée, Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1923, p.875
- La preuve du sang, Paris, Bonne Presse, 1925, T.I, p.309, photo p.312 bis ; T.II, p.1053
- Inscrit sur le monument aux morts communal de Paulx (44)